L'airbag

L'airbag est actuellement un élément incontournable de la sécurité passive de l'automobile actuelle.
L'airbag se gonfle automatiquement en cas de choc (le choc est détecté par un calculateur qui enregistre les accélérations et décélérations et décide de déclencher l'airbag si la décélération est importante). La décélération minimale pour qu'un airbag se déclenche équivaut à celle d'une voiture s'écrasant contre un mur à 20 km/h.
Un airbag est composé d'un "sac" et d'une charge explosive qui permet de gonfler le sac en moins d'un dixième de seconde. Le sac est de contenance variable mais l'airbag passager est de plus grand volume comme le montre cette photo Mercedes :

Le sac est en nylon et renforcé par de la fibre de métal qui lui confère une résistance à toute épreuve.
A l'arrière de ce sac, se trouvent des évents qui sont deux trous d'environ 10mm de diamètre. Ces deux trous sont essentiels puisqu'ils laissent échapper l'air pour permettre d'amortir le choc.
La charge explosive est une matière solide extrêmement stable (donc peu de risques d'explosion accidentelle) qui est déclenchée en mettant du 12V à ses bornes. L'explosion est assez violente (similaire à un coup de fusil) et dégage de la poussière et de la fumée susceptibles de provoquer des irritations chez les sujets sensibles. De nos jours les airbags comportent pour la plupart 2 charges explosives afin de moduler leurs réactions en fonction de la violence du choc. La première charge explosive représente 1/3 du volume de l'airbag et la deuxième 2/3. En déclenchant l'une ou l'autre des charges (ou les deux) on peut jouer sur le temps de gonflage de l'airbag.

Système surnommé "smart" en action sur une Citroën C5

Sous la pression exercée par l'airbag, le couvercle du volant se déchire. Ce dernier étant conçu pour se déchirer d'une certaine manière et être attaché au volant afin de ne pas blesser les occupants. Le volant également est étudié pour se déformer en cas de choc violent et non se briser pour éviter, encore une fois, de blesser le conducteur.
La présence d'un airbag réduit de deux tiers la force exercée sur le conducteur. Par exemple au lieu de recevoir une tonne sur le thorax il recevra 333 kg. Le volume d'un airbag conducteur varie entre 35 et 70 litres, celui du passager entre 60 et 160 litres. Quant aux airbags latéraux, leur volume varie entre 10 et 15 litres. L'airbag protège uniquement contre le premier choc et malheureusement ne vous protège pas contre d’autres chocs comme c'est le cas lors d'un carambolage ou lors de tonneaux.

Certaines voitures offrent la possibilité de déconnecter l'airbag passager afin de pouvoir installer un siège bébé, dos à la route. Si l'airbag n'est pas déconnectable n'installez JAMAIS d’enfants ni de bébé à l'avant. Dans les pays africains où l’utilisation des sieges bébé n’est pas courante, il est déconseillé de mettre les enfants sur le siège passager car l’airbag se déploie avec une vitesse de 300km/h. Le bébé pourrait être propulsé violemment sur le dossier.

De plus on voit encore souvent des passagers voyageant bien tranquillement les pieds en éventail sur la planche de bord. Abstenez-vous de ce genre de comportement : les conséquences en cas de choc peuvent être dramatiques. En cas de déclenchement de l'airbag, les jambes se retrouvent projetées vers le pare-brise et les genoux vers le visage. De quoi, là aussi, aggraver sensiblement les lésions suite au déclenchement des airbags en cas d’accident.

De nombreux constructeurs travaillent actuellement sur un projet de ceinture de sécurité airbag. Des systèmes de détection automatique des passagers sont à l'étude afin de moduler le déclenchement des airbags en fonction du nombre de passagers embarqués. Bien entendu, après le déclenchement des airbags suite à un choc, si la voiture est encore utilisable, le volant ainsi qu'une partie de la planche de bord doit être changée et rechargée avec de nouveaux airbags.


Les dangers d'une utilisation impropre :

En principe, un airbag peut donc vous sauver la vie si un accident grave survient. Encore faut-il bien veiller à ne pas en faire, au contraire, un facteur d’aggravation. Pour se déployer, un airbag "explose". Ce n'est pas un équipement anodin et la force de son explosion peut causer de graves séquelles si les passagers de l'automobile n'observent pas de strictes règles de sécurité. Sans ceinture, le choc contre un airbag peut ainsi aggraver les lésions dans le cadre d'un accident à faible vitesse. Conduire bras nus peut aussi entraîner des conséquences inattendues. Se déployant à une vitesse supérieure à 300 km/h, on note des cas de décollement de la peau des mains et des avants bras.