Le téléphone au volant

Un conducteur qui téléphone au volant perd entre 30 et 50 % de son attention, selon une étude menée par l'université de Strasbourg pour la fondation Vinci autoroutes.

Le niveau d'attention des conducteurs qui téléphonent au volant est inférieur en moyenne de 30% à l'attention de ceux qui ne téléphonent pas. Et les informations qui demandent une attention soutenue, comme lire un panneau lumineux, peuvent être jusqu'à deux fois plus difficiles à déchiffrer.

Utiliser un téléphone n’est pas compatible avec la conduite. Dès la sonnerie, la concentration du conducteur est détournée de la route. Les conducteurs qui téléphonent alors qu'ils sont en train de conduire ont 3 fois plus de risques d’avoir un accident (que ceux qui ne téléphonent pas). Le danger provient du fait que l'attention du conducteur au téléphone est détournée de la tâche de conduite. Aussi, le risque est sensiblement le même avec un kit mains-libre qu'un téléphone tenu à la main.
Utiliser un téléphone change le comportement du conducteur sur la route :

  • Diminution des contrôles dans les rétroviseurs et les angles morts ;
  • Tendance à zigzaguer et à mordre la ligne ;
  • Moindre attention portée à la signalisation et aux autres usagers (ex : ne pas s’arrêter au passage piéton) ;
  • Augmentation du temps de réaction (de 30 à 70%).

Nos conseils

  • Ne jamais tenir son téléphone en main au volant.
  • Passer le moins possible les appels avec votre kit main libre, de préférence vous garer dans un lieu sûr.
  • Si vous êtes accompagné, demandez à un passager de répondre ou de lire les SMS ou les mails à votre place.
  • Assurez-vous que que la personne avec laquelle vous conversez n’est pas en train de conduire. Si vous vous apercevez qu’elle est au volant, mettez fin, de vous-même, à la conversation.